Book review: Au Bord de l’Étang, par Tilde Michels et Reinhardt Michl

Book Reviews

(In English here!)

Une autre belle trouvaille dans le bac des livres à vendre de la bibliothèque: Au bord de l’étang par Tilde Michels et Reinhardt Michl. Ce livre sorti en 1987 reste magnifique et apporte une atmosphère paisible à tous les lecteurs.

Au travers de ce livre, on découvre un endroit rempli de vie: l’étang. Tilde Michels nous amène pour une longue promenade. On commence au printemps et on termine en plein été. Chaque page présente différents animaux: crapauds, grenouilles, insectes, busard. Le ton descriptif est riche et presque poétique, et amène le lecteur et la lectrice à observer chaque illustration de près. C’est le genre de livre qui inspire à se promener en nature pour observer et apprendre à mieux connaître l’univers naturel qui nous entoure.

En plus du texte descriptif et apaisant, les illustrations sont riches et détaillées. Les animaux sont incroyablement réalistes, et les décors naturels donnent envie de tomber dans la page et de se promener au bord de l’étang. Reinhardt Michl est un illustrateur reconnu pour ses livres pour enfants et on comprend vite pourquoi. L’harmonie des couleurs, la richesse des détails et des compositions calmes permettent un moment de détente complet lorsqu’on lit ce livre. C’est un travail extraordinaire et rempli de douceur qui inspirera autant les artistes établis que les débutants.

C’est un livre sans histoire. Au lieu de cela, on découvre un environnement et ces habitants. Il y a un côté délicieusement rétro dans ce genre de livre. Les couleurs ne sont pas criardes, les animaux restent des animaux, et pourtant, ce livre déborde de magie et de belles choses à découvrir.

Au travers du livre, on suit également la croissance des grenouilles qui ont vraiment un cycle de vie incroyable. Que ce soit par les images ou le texte, il y a quelque chose à apprendre et à admirer à chaque page.

Finalement, ce livre est une belle découverte pour tous ceux qui aiment la nature ou qui on besoin de s’y évader un petit moment. On arrive encore à le trouver en ligne, mais je vous invite à jeter un coup d’œil partout où on trouve des livres pour enfants pré-aimé: ce petit livre s’y cache peut-être en pleine vue!

Au bord de l’étang par Tilde Michels et Reinhardt Michl, Éditions Milan


Book review: Au Bord de l’Étang, by Tilde Michels and Reinhardt Michl

Another beautiful find in the library’s book-for-sale box: Au bord de l’étang by Tilde Michels and Reinhardt Michl. This book, published in 1987, remains beautiful and brings a peaceful atmosphere to all readers.

Through this book, we discover a place full of life: the pond. Tilde Michels takes us for a long walk. We start in Spring and end in the middle of Summer. Each page presents different animals: toads, frogs, insects and buzzards. The descriptive tone is rich and almost poetic, and leads the reader to observe each illustration closely. This is the kind of book that inspires to walk in nature to observe and learn more about the natural world around us.

In addition to the descriptive and soothing text, the illustrations are rich and detailed. The animals are incredibly realistic, and the natural settings make you want to fall into the page and walk by the pond. Reinhardt Michl is an illustrator known for his children’s books and it is easy to see why. The harmony of the colors, the richness of the details and the calm compositions allow a complete moment of relaxation when reading this book. It is an extraordinary and gentle work that will inspire both established artists and beginners.

It’s a book without a story. Instead, we discover an environment and its inhabitants. There’s a delightfully retro side to this kind of book. The colors are not garish, the animals are simply animals, and yet this book is full of magic and beautiful things to discover.

Through the book, we also follow the growth of frogs that really have an incredible life cycle. Whether through the images or the text, there is something to learn and admire on every page.

Finally, this book is a great discovery for anyone who loves nature or needs to escape to it for a little while. We can still find this book online, but I invite you to take a look wherever there are pre-loved children’s books: this little book may be hiding in plain sight!

Au bord de l’étang par Tilde Michels et Reinhardt Michl, Éditions Milan

Not yet available in English, but so beautiful you’ll want to look at the pictures whatever language you speak!

Book review: L’herbier des fées, par Sébastien Perez et Benjamin Lacombe

Book Reviews

(In English here!)

Cette semaine je vous partage un autre de mes livres favoris: L’herbier des fées, écrit par Sébastien Perez et Benjamin Lacombe. J’aime comment ce livre est tombé dans ma collection: Il y a fort longtemps, lorsqu’il était possible de visiter les bibliothèques publiques, j’ai aperçu ce livre sur la table de livres à vendre. La bibliothèque municipale faisait de la place et vendait les livres un peu abimés, peu empruntés, trop vieux… À plusieurs reprise, j’ai feuilleté ce livre, redéposé. De retour à la maison, je me suis dit que s’il était encore là la prochaine fois, je le prendrais. Après tout, 50 sous pour un livre, je ne risquais pas grand chose. Et bien, je suis retournée à la bibliothèque le lendemain parce que ce livre était bien pris dans ma tête: ce sont les 50 sous que j’ai le mieux investis! J’aime que le livre ait une histoire et que plusieurs enfants l’aient regardé avant moi.

Benjamin Lacombe est probablement l’illustrateur le mieux représenté dans le monde de l’illustration contemporaine. Lorsque je vivais à Montréal, il était difficile de passer devant une librairie sans voir un de ses livres en vitrine. Et c’est tout à fait compréhensible. Ces illustrations sont magiques et quelque peu dérangeantes avec tous ces personnages aux yeux gigantesques qui sembles vous suivre du regard. Il a un style bien reconnaissable et absolument fantastique.

A travers ce livre, on découvre de nombreuses fées de la forêt de Brocéliande. Elles sont toutes originales et j’adore l’univers imaginaires présentés qui semble peu à peu dévorer le personnage principale du livre, et du même coup, le lecteur et la lectrice. Cet effet est accentué par le fabuleux travail d’édition: feuilles découpées, papier semi-transparent, format généreux. Tous les effets sont présents pour créer une expérience de lecture agréable et immersive.

L’histoire est fascinante et on s’attache facilement au personnage principal. Envoyé par la Russie pour étudier les créatures magiques de la forêt de Brocéliande, notre scientifique est peu à peu absorbé dans cet univers merveilleux (et aussi un peu inquiétant). Le détail des illustrations fait de chaque page un plaisir à explorer, encore et encore.

De nombreux livres dans ma bibliothèque traitent des fées, mais je trouve que celui-ci fait preuve d’une imagination très riche et unique. On reste loin des clichés de poupons ailés, et on découvre des fées bien vivantes, uniques et ensorcelante. L’ambiance de mystère et de magie est présente dès les premières pages et rend ce livre tout à fait captivant.

Finalement, ce livre est à ajouter à toutes les bibliothèques de livres pour enfants (et pour grands) qui aiment la nature, les fées, la magie et le mystère. Les amoureux du papier seront aussi impressionnés par la réalisation du livre et la qualité du travail d’édition. Pour finir, une version numérique interactive a également été publiée pour les lecteurs du futur.

L’herbier des fées, par Sébastien Perez et Benjamin Lacombe, Albin-Michel

Version numérique en français

Pas encore disponible en anglais malheureusement!


Book review: L’herbier des fées, by Sébastien Perez and Benjamin Lacombe

This week I share another of my favorite books: L’herbier des fées, written by Sébastien Perez and Benjamin Lacombe. I like how this book fell into my collection: A long time ago, when it was possible to visit public libraries, I saw this book on the table of books for sale. The public library made room and sold books that were a little damaged, not much borrowed, too old… On several occasions, I flipped through this book, put it down again. Back home, I told myself that if it was still there next time, I would take it. After all, 50 cents for a book, I wasn’t risking much. Well, I went back to the library the next day because the book was stuck in my head: it was a very well spent 50 cents! I like that the book has a story and that many children have looked at it before me.

Benjamin Lacombe is probably the best represented illustrator in the world of contemporary illustration. When I lived in Montreal, it was hard to walk past a bookstore without seeing one of his books in the window display. And that’s completely understandable. His illustrations are magical and somewhat disturbing with all these characters with gigantic eyes that seem to follow you with their gaze. He has a very recognizable and absolutely fantastic style.

Through this book, we discover many fairies of the Brocéliande forest. They are all original and I love the presented imaginary universe which seems to devour the main character of the book little by little, and at the same time, the reader. This effect is accentuated by the fabulous editing work: cut-out pages, semi-transparent paper, generous size. All the effects are present to create a pleasant and immersive reading experience.

The story is fascinating and one easily becomes attached to the main character. Sent by Russia to study the magical creatures of the forest of Broceliande, our scientist is little by little absorbed in this marvelous (and also somewhat disturbing) universe. The detail of the illustrations makes each page a pleasure to explore, again and again.

Many books in my library deal with fairies, but I find this one exhibits a very rich and unique imagination. We stay away from the clichés of winged infants, and we discover fairies that are alive, unique and bewitching. The atmosphere of mystery and magic is present from the very first pages and makes this book quite captivating.

Finally, this book is to be added to all book collections for children (and older children) who love nature, fairies, magic and mystery. Paper lovers will also be impressed by the book’s realization and the quality of the publishing work. Finally, an interactive digital version has also been published for readers from the future.

L’herbier des fées, par Sébastien Perez et Benjamin Lacombe, Albin-Michel

Version numérique en français

Not yet available in English unfortunately!

Book review: Comment la Princesse Elvire créa son propre royaume, de Didier Lévy et Charlotte Gastaut

Book Reviews

(As this book is only available in French, let me write this review in French too!)

Pour mon 30ième anniversaire, j’ai reçu ce magnifique livre pour enfant… et j’étais vraiment très contente! «Comme la Princesse Elvire créa son propre royaume», écrit par Didier Lévy et illustré par Charlotte Gastaut, est un livre magnifiquement illustrée qui raconte une histoire troublante et inspirante.

Ce qui saute aux yeux lorsqu’on aperçoit ce livre pour la première fois, c’est la complexité et la richesse des dessins. Des motifs de feuilles à répétition, des traits vifs, peu de couleurs: le tout est ensorcelant et crée un aspect de monde magique et irréel. Si on ne doit pas juger un livre à sa couverture, il est quand même fort probable que celle-ci attirera les lecteurs les plus récalcitrants à se saisir de ce bel objet.

À première vue, cette histoire pour enfant semble simple. Cependant, après avoir lu et relu ce livre, je me dis qu’il y a différents niveaux de compréhension possibles, et ça, c’est bien le signe qu’on est face à une histoire extraordinaire. La petite princesse Elvire passe ses journées dehors à parler aux animaux et à grimper dans son arbre préféré. Bien entendu, le roi et la reine ne trouve pas cette attitude libre et exubérante compatible avec leur vie de château et finisse par faire couper l’arbre de la princesse. Suite à cela, la princesse change, se métamorphose et entraîne avec elle ses parents, les souverains, bien tristes d’avoir perdu leur fille après tout.

Que représente Elvire? Et que signifie l’attitude changeante de ses parents? Et l’arbre, lui? Le lecteur et la lectrice devront se faire leur propre interprétation de cette histoire à la fois drôle, triste, éprouvante et finalement réconfortante.

Je dois admettre avoir choisi ce livre avant tout pour ces illustrations, mais l’histoire de la petite Elvire reste en mémoire et au cœur. Les dessins sont extrêmement fluides et détaillés. Le style complexe de Charlotte Gastaut crée un univers riche et hypnotisant amenant le lecteur à s’arrêter à chaque page pour trouver les animaux cachés au travers des feuillages, examiner les expressions de chaque personnage ou tout simplement plonger dans des forêts riches et irréelles. J’adore le mouvement qui se dégage de chaque page. Je ne sais pas si c’est les personnages, la répétition de motif ou un mélange de deux qui donne des impressions de mouvements et d’énergie, mais c’est vraiment très réussi. Finalement, l’utilisation de très peu de couleur rajoute également à l’effet de dynamisme et permette au lecteur de ne pas être complètement perdus dans une cacophonie de détails. Si vous n’êtes pas familier avec Charlotte Gastaut, je vous encourage fortement à visiter son site web, et particulièrement sa page de projets personnels.

Encore une belle lecture à faire autant pour les petits et les grands qui sauront apprécier l’histoire touchante d’une petite fille haut en couleur et les illustrations géniales qui la mettent en scène. Une mention particulière pour les mignons ragondins qui accompagnent la princesse et le lecteur au travers du livre.

Comment la princesse Elvire créa son propre royaume, de Didier Lévy, Illustré par Charlotte Gastaut, Albin Michel

Agatha’s Journal, What now?

Agatha's Journal

(psst, les francos, ça se passe plus bas!)

That’s it friends! The Kickstarter campaign is over, and it did not succeed.

I worked a lot on this project, and of course I’m disappointed that I will not be able to share my work with you just yet. I really hoped that this campaign would work, and that I would be able to send my backers fun and unique surprises as well as copies of my book. I was also looking forward to having some extra copies of my book available for sale in my Etsy shop.

So now that the kickstarter has failed, it feels a bit sad and empty. But, I’m also carrying a lot of new things that I learned while working on the campaign and promoting my book.

First, people who are excited about your work will support you. Having the support of my family and friends felt like such a precious gift, especially through this weird period. I’m more than grateful for all their encouragements, kind words and pledges.

Second, while I was promoting my book, I mainly used Instagram. Well, I hate it. The platform feels hollow and empty. I feel like most of us are so busy promoting our own work that we don’t really look at what the others are doing. Promoting my book, it felt like I was in an echo chamber: screaming about my book and only hearing myself back again. And, it was not just an impression: most of my backers were people I knew personally (except for two who found my project directly through the Kickstarter website). So while I was working hard on trying to figure out new ways to engage my following, most of my following was not looking, seeing or engaging. The more time I spent on Instagram, the emptier I felt. Now that I’m done promoting my book, I feel exhausted by the platform. This whole project really has me questioning my relationship to the platform, and I haven’t found a solution that feels authentic yet. More on that soon… or when I figure it out.

Third, I really like my book, but at one point in the campaign, I felt like I needed to rework the entire thing and just cancel the campaign. I guess it’s the perfectionist and impostor in me that were shouting these ideas. As a creator and artist, I feel like my pieces are never completely done. It’s difficult to let go of a project, and this was also true for this book. Yet, it’s such a fun part of the creation process to be able to share my work. I really learned a lot about myself and about myself as a creator while struggling with impostor syndrome as the campaign was slowly moving towards failing. But see, that’s the thing. It’s not really a failure, is it? I mean, my goals are not met, but that doesn’t change the hours of work I put into this project, the quality of the work, or anything else about it. The only thing it changes is the timeline in which I’ll be able to sell the work. That’s it.

I could go on and on about what other things, but as I also learned through the campaign, people don’t like to read long pieces, so I’ll stop here for now.

Again, thank you so much for all your support!

This blog post is one in a series I’m writing about my book, Agatha’s Journal.

Check out this page for more information on the book!


Et maintenant?

Voilà, chers amis ! La campagne Kickstarter est terminée, et elle n’a pas réussi.

J’ai beaucoup travaillé sur ce projet, et bien sûr je suis déçue de ne pas pouvoir partager mon travail avec vous pour l’instant. J’espérais vraiment que cette campagne fonctionnerait, et que je pourrais envoyer à mes supporters des surprises amusantes et uniques ainsi que des exemplaires de mon livre. Je me réjouissais également d’avoir quelques exemplaires supplémentaires en vente dans ma boutique Etsy.

Maintenant que le kickstarter a échoué, la situation est un peu triste et vide. Mais j’emporte aussi beaucoup de nouvelles choses que j’ai apprises en travaillant sur la campagne et en faisant la promotion de mon livre.

Tout d’abord, les personnes qui sont enthousiastes à propos de votre travail vous soutiendront. Avoir le soutien de ma famille et de mes amis m’a semblé être un cadeau si précieux, surtout pendant cette période étrange. Je leur suis plus que reconnaissante pour tous leurs encouragements, leurs mots gentils et leurs engagements.

Deuxièmement, pendant que je faisais la promotion de mon livre, j’ai surtout utilisé Instagram. Eh bien, je déteste ça. La plateforme semble creuse et vide. J’ai l’impression que la plupart d’entre nous est tellement occupée à promouvoir son propre travail que nous ne regardons pas vraiment ce que font les autres. En faisant la promotion de mon livre, j’ai eu l’impression d’être dans une chambre d’écho : je criais à propos de mon livre et je ne faisais que me réentendre. Et ce n’était pas qu’une impression : la plupart de mes backers étaient des personnes que je connaissais personnellement (à l’exception de deux d’entre eux, qui ont trouvé mon projet directement sur kickstarter). Alors que je travaillais dur pour trouver de nouvelles façons d’engager mes followers sur instagram, la plupart d’entre eux ne regardaient pas, ne voyaient pas et ne réagissaient pas. Plus je passais de temps sur Instagram, plus je me sentais vide. Maintenant que j’ai fini de promouvoir mon livre, je me sens épuisée par la plateforme. Tout ce projet m’amène à remettre en question ma relation avec la plateforme, et je n’ai pas encore trouvé de solution qui me semble authentique. J’en dirai plus bientôt… ou quand j’aurai trouvé une solution.

Troisièmement, j’aime beaucoup mon livre, mais à un moment de la campagne, j’ai senti que je devais le retravailler entièrement et simplement annuler la campagne. Je suppose que c’est la perfectionniste et l’imposteur en moi qui criaient ces idées. En tant que créatrice et artiste, j’ai l’impression que mes œuvres ne sont jamais complètement terminées. Il est difficile de laisser aller un projet, et c’était également vrai pour ce livre. Pourtant, c’est une partie tellement amusante du processus de création que de pouvoir partager mon travail. J’ai vraiment beaucoup appris sur moi-même et sur mon travail de créatrice tout en luttant contre le syndrome de l’imposteur alors que la campagne se dirigeait lentement vers l’échec. Mais vous voyez, c’est ça le truc. Ce n’est pas vraiment un échec, n’est-ce pas ? Je veux dire que mes objectifs ne sont pas atteints, certes, mais cela ne change rien aux heures de travail que j’ai consacrées à ce projet, à la qualité du travail, ou à quoi que ce soit d’autre. La seule chose que cela change, c’est le délai dans lequel je pourrai vendre le livre. C’est tout.

Je pourrais continuer encore et encore sur d’autres sujets, mais comme je l’ai également appris au cours de la campagne, les gens n’aiment pas lire de longs articles, alors je vais m’arrêter ici pour le moment.

Merci encore à tous mes backers!

Cet article fait partie de la série consacrée à mon livre: Le Journal d’Agatha

Visitez cette page pour plus d’informations sur le livre!

Agatha’s Journal, 1 Day to the Launch!

Agatha's Journal

The launch is in less than 24 hours! It feels like I’ve been working on this project for such a long time, and I guess it’s because I did. I started thinking about my project last November. Now, almost a year later, I’m about to launch my Kickstarter campaign to get funds to print out copies of my very own storybook. It’s exciting, it’s scary, it’s wonderful, it’s terrible.

It feels like all the emotions are there. So, to soothe my nervous little heart, here are all my hopes for my book.

Hopes

  1. I hope you will like my book as much as I do.
  2. I really created something unique, and I hope you will let yourself go into this story.
  3. I hope you will wonder and imagine. I created a story that you’ll be able to discuss with other readers and friends.
  4. I hope it will inspire you to look into plants.
  5. I hope it will inspire you to slow down and read a story, just because sometimes we need time to live and be.
  6. I hope it will spark your creativity and make you want to make your own project.
  7. I hope you will welcome my book into your book collection and read it over and over again.
  8. I hope you will have fun reading this book with your kids, nephew, little friends and other kids around you.
  9. I hope people will see the book in your home and want to read it too.
  10. I hope this book will bring you a sense of wonder when you need it most.

So, that’s it! Now I need to let go of my project a little and see how it does on Kickstarter. It is such a strange process to create something and to release it to the world. I’m so glad I worked on this!

This blog post is one in a series I’m writing about my book, Agatha’s Journal.

Check out this page for more information on the book!


Plus qu’un jour avant le lancement!

Le lancement est prévu pour dans moins de 24 heures ! J’ai l’impression de travailler sur ce projet depuis si longtemps, et je suppose que c’est parce que c’est le cas. J’ai commencé à réfléchir à mon projet en novembre dernier. Aujourd’hui, presque un an plus tard, je suis sur le point de lancer ma campagne Kickstarter pour obtenir des fonds afin d’imprimer des exemplaires de mon propre livre d’histoires. C’est excitant, c’est effrayant, c’est merveilleux, c’est terrible.

J’ai l’impression que toutes les émotions sont là. Alors, pour apaiser mon petit coeur nerveux, voici tous mes espoirs pour mon livre.

Espoirs

  1. J’espère que vous aimerez mon livre autant que moi.
    2. J’ai vraiment créé quelque chose d’unique, et j’espère que vous vous laisserez aller à cette histoire.
    3. J’espère que vous vous émerveillerez et que vous imaginerez. J’ai créé une histoire dont vous pourrez discuter avec d’autres lecteurs et amis.
    4. J’espère que cette histoire vous incitera à vous intéresser aux plantes.
    5. J’espère que ce livre vous incitera à ralentir et à lire une histoire, simplement parce que parfois nous avons besoin de temps pour vivre et être.
    6. J’espère que l’histoire stimulera votre créativité et vous donnera envie de réaliser votre propre projet.
    7. J’espère que vous accueillerez mon livre dans votre collection de livres et que vous le lirez encore et encore.
    8. J’espère que vous aurez du plaisir à lire ce livre avec vos enfants, votre nièce, vos petits voisins et d’autres enfants autour de vous.
    9. J’espère que les gens verront le livre chez vous et voudront le lire aussi.
    10. J’espère que ce livre vous apportera un sentiment d’émerveillement au moment où vous en aurez le plus besoin.

Alors, ça y est! Maintenant, je dois me détacher un peu de mon projet et voir comment ça se passe sur Kickstarter. C’est un processus tellement étrange de créer quelque chose et de le diffuser dans le monde réel. Je suis si heureuse d’avoir travaillé sur ce projet !

Cet article fait partie de la série consacrée à mon livre: Le Journal d’Agatha

Visitez cette page pour plus d’informations sur le livre!