Book review: Poucette de Andersen et illustré par Elisabeth Nyman

Book Reviews

(In English over here!)

Je voulais partager ce livre avec vous car il s’agit d’une autre trouvaille que j’ai faite dans les livres à vendre de ma bibliothèque. Je l’ai adopté parce qu’enfant j’adorais le film de Poucette (1994): un prince fée, des grenouilles qui chantent, des costumes exubérants et des chansons loufoques. Il y avait vraiment tout pour me plaire. Et donc, lorsque j’ai vu ce livre de Poucette, je me suis dis qu’il était temps que je lise la version originale de ce conte de H.C. Andersen.

Cette version beaucoup plus sobre du conte est illustré par Elisabeth Nyman. Après avoir passer quelques moments à chercher sur internet, je dois dire que cette illustratrice est bien mystérieuse! Peut-être suédoise, peut-être allemande, elle semble avoir illustré au moins un autre conte de Andersen, mais c’est là toutes les informations que j’ai réussi à récolter à son sujet. C’est bien dommage, car cette peintre a créé un univers tout en douceur et en atmosphère pour ce livre par ces peintures remplies de poésie.

J’ai particulièrement apprécié les couleurs chaudes qui trouvent une place dans chacune des illustrations. Le traitement de la lumière est également très réussi. À première vue, on pourrait croire que les peintures sont peu détaillées par leur effet “impressionniste”. Cependant, la majorité des plantes sont identifiables, les animaux sont habilement représentés, et les scènes d’intérieurs regorge de petits objets de la vie quotidienne. J’ai beaucoup aimé justement qu’une peintre plus classique s’attaque à un livre pour enfant. Il me semble que cela propose quelque chose d’un peu différent, mais de très riche, aux jeunes lecteurs.

Par contre, je dois avouer que la lecture de ce conte m’a un peu surprise. Pauvre Poucette! Elle semble victime de tous les évènements et sa seule perspective d’avenir est de devenir l’épouse d’un crapaud, d’un hanneton ou d’une taupe! L’histoire semble s’arrêter abruptement au moment où Poucette prend finalement la décision de s’enfuit avec son amie l’hirondelle. Elle rencontre rapidement un prince fée et l’épouse, ce qui met fin au conte. Je dois dire que je suis restée un peu sur ma faim! J’aurais aimé une Poucette un peu plus volontaire, aventurière et contestataire. Mais, comme il s’agit de l’histoire d’origine, publiée pour la première fois en 1835, on peut comprendre son contexte historique et social.

Malgré cela, ce fut un plaisir de découvrir cette version du conte et cette illustratrice bien intrigante. J’ai beaucoup aimé son style de peinture qui emporte le lecteur dans une atmosphère un peu mystérieuse qui se marie très bien à l’histoire. Je n’ai malheureusement pas pu trouver beaucoup d’information sur ce livre, mais qui sait, vous tomberez peut-être dessus lors de votre prochaine visite à votre bibliothèque!

Poucette, par Andersen et illustré par Elisabeth Nyman, 1991, Milan


 

Book review: Thumbelina by Andersen and illustrated by Elisabeth Nyman

I wanted to share this book with you because it is yet another find I made in the books for sale at my library. I picked it up because as a child I loved the Thumbelina movie (1994): a fairy prince, singing frogs, exuberant costumes and goofy songs. It really had it all. And so, when I saw this Thumbelina book, I thought it was time to read the original version of this H.C. Andersen tale.

This much more sober version of the tale is illustrated by Elisabeth Nyman. After spending some time searching on the internet, I must say that this illustrator is quite mysterious! Maybe Swedish, maybe German, she seems to have illustrated at least one other Andersen tale, but that’s all the information I managed to gather about her. It’s a pity, because this painter has created a very soft and atmospheric world for this book with her paintings full of poetry.

I particularly liked the warm colors that find a place in each of the illustrations. The treatment of light is also very successful. At first glance, one has the impression that the paintings are not very detailed because of their ” impressionist ” effect. However, the majority of the plants are identifiable, the animals are cleverly represented, and the interior scenes are full of small objects of everyday life. I really liked that a more classical painter tackled a children’s book. It seems to me that it offers something a little different, but very rich, to young readers.

On the other hand, I must admit that reading this tale now surprised me a bit. Poor Thumbelina! She seems to be a victim of all events and her only future prospect is to become the wife of a toad, a cockchafer or a mole! The story seems to end abruptly when Thumbelina finally decides to run away with her friend the swallow. She soon meets a fairy prince and marries him, which ends the tale. I have to say that I was a little disappointed! I would have liked a Thumbelina who was a little more willing, adventurous and outspoken. But, since this is the original story, first published in 1835, one can understand its historical and social context.

Despite this, it was a pleasure to discover this version of the tale and this very intriguing illustrator. I really liked her style of painting that takes the reader into a mysterious atmosphere that goes very well with the story. Unfortunately, I couldn’t find much information about this book, but who knows, maybe you’ll stumble upon it during your next visit to your library!

Thumbelina, by Andersen and illustratd by Elisabeth Nyman, 1991, Milan

Book review: The Magic Fish by Trung Le Nguyen

Book Reviews

(En Français par ici!)

This book found its way to me at the perfect time! With all the Asian targeted racism stories going around in the news, I’ve been worried for my mom, cousins and friends, while feeling unsettled because I pass for white. Navigating all of this peacefully is quite difficult, but reading this book made me feel seen, and it felt great to connect with another Vietnamese artist through his work. This week, I’m sharing The Magic Fish by Trung Le Nguyen, aka Trungles.

What strikes me the most about this book is how clear the drawings are. The line work is precise and detailed, and everything is clear and immediately understood. I find this very impressive! The artwork support the story and never gets in the way of the narrative. Because of this, it is so easy and pleasant to get absorbed in the book and focus on the characters and their experiences. I also really enjoyed how each branch of the story has a particular colour. This gave the book a cinematic feel as it bounces between fairy tales, memories and present day life. It also made everything very clear, and again, easy to understand and follow. I was also very impressed by how monochromatic pages ended up being so interesting and more sophisticated in a way.

Once you get over how amazing the art is, the story itself is very touching. We follow Tiến, a young teenager who struggles with coming out to his parents. The author adds a layer of complexity to this already difficult situation by highlighting the language barrier between Tiến and his parents. This book also addresses immigration in a very tender and raw manner. Many of the elements surrounding the life of Vietnamese immigrants reminded me of my mom’s and my own story. It is fascinating to relate to a book in this way. It’s also very interesting to focus the story to the “after”. Most stories I’ve read about Vietnamese immigration focus on the journey of Boat People, the war that lead to their exodus, or their lives in refugee camps, whereas this book is set many years after the family is settled in the United States. This brings themes of identity, culture and belonging even more complex and rich.

Finally, if you are a graphic novel nerd, I’m sure you’ll be impressed by the layout of this book and how the author seamlessly goes from one story line to the other. I particularly enjoyed how fairy tales intersect with the main story and how Asian versions of classic fairy tales like the Little Mermaid or Cinderella are depicted. Being an avid reader of fairy tales, this was refreshing and made me want to learn more about Vietnamese and other Asian folklore.

Overall, you need to read this book! The story is touching and so relevant in our current context. I enjoyed every page of this graphic novel, and the characters stay with you even when you’re done reading. Humour, folklore, family, love, resilience and hurt; this book will take you on a roller-coaster of emotions. I’m in complete awe both with the writing and illustrations, and I’m sure you will be to!

The Magic Fish, by Trung Le Nguyen aka Trungles, RH Graphic

Not yet translated!


 

Book review: The Magic Fish par Trung Le Nguyen

Ce livre a trouvé son chemin vers moi au moment idéal ! Avec toutes les histoires de racisme ciblant les Asiatiques qui circulent dans les médias, je suis inquiète pour ma mère, mes cousins et mes amis, tout en me sentant déstabilisée parce que je passe pour blanche. Naviguer dans tout cela de manière pacifique est assez difficile, mais la lecture de ce livre m’a donné le sentiment d’être vue, et j’ai été ravie d’entrer en contact avec un autre artiste vietnamien à travers son œuvre. Cette semaine, je vous présente The Magic Fish de Trung Le Nguyen, alias Trungles.

Ce qui me frappe le plus dans ce livre, c’est la clarté des dessins. Le travail du trait est précis et détaillé, et tout est clair et immédiatement compréhensible. Je trouve cela très impressionnant ! Les illustrations soutiennent l’histoire et ne gênent jamais la narration. C’est pourquoi il est si facile et agréable de se laisser absorber par le livre et de se concentrer sur les personnages et leurs expériences. J’ai aussi beaucoup apprécié la façon dont chaque branche de l’histoire a une couleur particulière. Cela donne une impression de cinéma au livre, qui oscille entre les contes de fées, les souvenirs et la vie présente. Cela a également rendu le tout très clair, et encore une fois, facile à comprendre et à suivre. J’ai également été très impressionnée par la façon dont les pages monochromes sont finalement si intéressantes et plus sophistiquées d’une certaine façon.

Une fois que l’on se concentre sur autre chose que l’art, l’histoire elle-même est très touchante. Nous suivons Tiến, un jeune adolescent qui a du mal à faire son coming out auprès de ses parents. L’auteur ajoute une couche de complexité à cette situation déjà difficile en soulignant la barrière de la langue entre Tiến et ses parents. Ce livre aborde également la question de l’immigration d’une manière très tendre. De nombreux éléments entourant la vie des immigrants vietnamiens m’ont rappelé l’histoire de ma mère et la mienne. Il est fascinant de s’identifier à un livre de cette manière. Il est également très intéressant de centrer l’histoire sur “l’après”. La plupart des histoires que j’ai lues sur l’immigration vietnamienne se concentrent sur le voyage des Boat People, la guerre qui a conduit à leur exode ou leur vie dans les camps de réfugiés, alors que ce livre se déroule plusieurs années après l’installation de la famille aux États-Unis. Cela rend les thèmes de l’identité, de la culture et de l’appartenance encore plus complexes et riches.

Enfin, si vous êtes un fan de bandes dessinées, je suis certaine que vous serez impressionné par la mise en page de ce livre et la façon dont l’auteur passe d’une histoire à l’autre. J’ai particulièrement apprécié la façon dont les contes de fées s’entrecroisent avec l’histoire principale et comment les versions asiatiques des contes de fées classiques comme la Petite Sirène ou Cendrillon sont représentées. Étant une lectrice assidue de contes de fées, cette histoire était rafraîchissante et m’a donné envie d’en apprendre davantage sur le folklore vietnamien et asiatique.

En résumé, vous devez lire ce livre ! L’histoire est touchante et tellement pertinente dans notre contexte actuel. J’ai apprécié chaque page de ce roman graphique, et les personnages restent avec vous même lorsque vous avez fini de lire. L’humour, le folklore, la famille, l’amour, la résilience et la douleur ; ce livre vous emmènera dans une montagne russe d’émotions. Je suis en admiration devant l’écriture et les illustrations, et je suis sûre que vous le serez aussi !

The Magic Fish, par Trung Le Nguyen aka Trungles, RH Graphic

Ce livre est sorti l’automne dernier et n’est pas encore disponible en français.

Book review: The Art of Beatrix Potter, by Emily Zach

Book Reviews

(En Français ici)

Ah Beatrix Potter! I’ve always loved her cute watercolour illustrations and still have a painted plate that I used throughout my childhood adorned with Peter Rabbit. She is such a staple in children’s book illustration, it was only a matter of time until I shared this book with you: The Art of Beatrix Potter, by Emily Zach.

What I love most about this book is that it doesn’t only include work from Batrix Potter’s famous children’s books but sketches and paintings she did throughout her life. It’s so intereting to see how her style evolved and how varied her work actually is: from fairy tale illustrations to botanical illustrations and landcapes paintings, Beatrix Potter seems to have done it all.

I was particularly impressed by her childhood sketches that already show all the potential of a great artist. Her attention to details and power of observation even then were incredible. There is something very touching in seeing childhood pieces from one of your favourite illustrators.

The book also presents many illustrations Potter created as a botanical illustrator. For example, she illustrated different mushroom guides. Of course, as I’m working on my own mushroom illustrations these days, those images are very inspiring and motivating.

Finally, the text is also very interesting and provides valuable insights into the artist’s life and struggles. It’s fascinating to learn about her being one of the first authors to actually think about the design of the book itself, not only its content. Once again, her attention to detail combined with a good amount of common sense is noteworthy.

Overall, I think that if you enjoyed Beatrix Potter’s books as a child, you’ll enjoy this book immensely because it provides a large context and overview of the artist’s work and life. It is a great reference book for anyone interested in this illustrator and makes for a quiet yet fascinating read.

The Art of Beatrix Potter, by Emily Zach, Chronicle Books


Book review: The Art of Beatrix Potter, par Emily Zach

Ah Beatrix Potter ! J’ai toujours aimé ses jolies illustrations à l’aquarelle et j’ai encore une assiette peinte que j’ai utilisée tout au long de mon enfance, ornée de Peter Rabbit. Elle est tellement incontournable dans l’illustration de livres pour enfants, ce n’était qu’une question de temps avant que je ne partage ce livre avec vous : L’art de Beatrix Potter, par Emily Zach.

Ce que j’aime le plus dans ce livre, c’est qu’il ne contient pas seulement des dessins tirés des célèbres livres pour enfants de Batrix Potter, mais aussi des croquis et des peintures qu’elle a faits tout au long de sa vie. C’est tellement intéressant de voir comment son style a évolué et à quel point son travail est réellement varié : des illustrations de contes de fées aux illustrations botaniques et aux peintures de paysages, Beatrix Potter semble avoir tout fait.

J’ai été particulièrement impressionnée par ses croquis d’enfance qui montrent déjà tout le potentiel d’une grande artiste. Son attention aux détails et son sens de l’observation étaient déjà incroyables à l’époque. Il y a quelque chose de très touchant à voir les œuvres d’enfance de l’une de vos illustratrices préférées.

Le livre présente également de nombreuses illustrations que Potter a réalisées en tant que dessinatrice botanique. Par exemple, elle a illustré différents guides sur les champignons. Bien sûr, comme je travaille actuellement sur mes propres illustrations de champignons, ces images sont très inspirantes et motivantes.

Enfin, le texte est également très intéressant et donne un aperçu précis de la vie et des préoccupations de l’artiste. Il est fascinant d’apprendre qu’elle est l’un des premiers auteurs à avoir réellement réfléchi à la conception du livre lui-même, et pas seulement à son contenu. Une fois de plus, son attention aux détails, combinée à une bonne dose de bon sens, est remarquable.

Dans l’ensemble, je pense que si vous avez apprécié les livres de Beatrix Potter lorsque vous étiez enfant, vous apprécierez énormément ce livre car il fournit un large contexte et un aperçu de l’œuvre et de la vie de l’artiste. C’est un excellent livre de référence pour tous ceux qui s’intéressent à cette illustratrice et ce livre constitue une lecture à la fois paisible et fascinante.

The Art of Beatrix Potter, par Emily Zach, Chronicle Books

Book review: An Illustrated Treasury of Swedish Folk and Fairy Tales, by John Bauer

Book Reviews

(En Français ici)

I’m very happy to share this book with you because it is one of my all time favourite books. I actually only received it this year for my birthday, but it has become such a precious read. An Illustrated Treasury of Swedish Folk and Fairy Tales is an anthology of all the stories that were illustrated by John Bauer, the genius Swedish illustrator.

It is such a wonderful thing to have this collection of folk stories and fairy tales all in one book. It is fascinating to discover Swedish culture through the lens of traditional stories. Stories about trolls, tomtes, fabulous animals and colourful characters bring the reader to a mesmerizing imaginary world. I find that unlike the fairy tales I grew up with, Swedish stories have a slower, more natural pace to them. It is incredible also to discover so many authors and to get immersed in a whole new world of stories.

Once again, what brought me to this book was the illustrator, in this case, John Bauer. I have a few printed copies of his illustrations lost in my letter box and favourite books. His work is atmospheric and calls on the imagination to jump right in. John Bauer is considered as one of the master children’s book illustrators from the beginning of the 20th century. I can only agree: each illustration brings the reader into a magical world and leaves you wanting more. The illustrations are also great representatives of the Art Nouveau movement and its beautiful aesthetics.

To me, what is truly fascinating about his work is the level of detail and the use of light and darkness in the composition. The different techniques that are used create a whole living world. There is no forest quite like a John Bauer forest. Each time I look at one of his illustration, I’m awed by what I see and want to know more about what I don’t see: what’s behind those trees? What’s in the water? What’s behind that hill or rock?

Finally, the humour that is infused in the images is palpable and makes giants and trolls not so scary. In fact, it creates a sense of familiarity with these creatures. With their big noses, enormous hands and gigantic feet, the reader can’t help but feel comforted by these imaginary beings. The contrast between the human characters and these giants render many stories comical. This is also reinforced by the stories themselves where the imaginary creatures often present very human qualities and, most comically, flaws.

Overall, I think any fairy tale lover will want to add this book to their collection. Not only are the stories funny to read and discover, but the illustrations are simply magical. The book itself is also quite beautiful, and you’ll want to leave it on your coffee table to scroll through it every time you pass by. I cannot recommend this book enough!

An Illustrated Treasury of Swedish Folk and Fairy Tales, by John Bauer, Floris Books


Book review: An Illustrated Treasury of Swedish Folk and Fairy Tales, de John Bauer

Je suis très contente de partager ce livre avec vous car c’est l’un de mes livres préférés de tous les temps. En fait, je ne l’ai reçu que cette année pour mon anniversaire, mais il est devenu une lecture tellement précieuse. An Illustrated Treasury of Swedish Folk and Fairy Tales est une anthologie de toutes les histoires qui ont été illustrées par John Bauer, le brillant illustrateur suédois.

C’est merveilleux d’avoir cette collection de contes et d’histoires populaires dans un seul livre. Il est fascinant de découvrir la culture suédoise à travers la lentille des histoires traditionnelles. Les histoires de trolls, de tomtes, d’animaux fabuleux et de personnages hauts en couleur entraînent le lecteur dans un monde imaginaire fascinant. Je trouve que contrairement aux contes de fées avec lesquels j’ai grandi, les histoires suédoises ont un rythme plus lent et plus naturel. Il est également incroyable de découvrir autant d’auteurs et de s’immerger dans un tout nouveau monde d’histoires.

Une fois de plus, ce qui m’a amené à ce livre, c’est l’illustrateur, en l’occurrence John Bauer. J’ai quelques exemplaires imprimés de ses illustrations perdus dans ma boîte aux lettres et dans mes livres préférés. Son travail est atmosphérique et fait appel à l’imagination. John Bauer est considéré comme l’un des maîtres de l’illustration de livres pour enfants du début du XXe siècle. Je ne peux qu’être d’accord : chaque illustration entraîne le lecteur dans un monde magique et vous donne envie d’en savoir plus. Les illustrations sont également de magnifiques représentantes du mouvement Art Nouveau et de sa belle esthétique.

Pour moi, ce qui est vraiment fascinant dans son travail, c’est le niveau de détail et l’utilisation de la lumière et de l’obscurité dans la composition. Les différentes techniques utilisées créent tout un monde bien vivant. Il n’y a pas de forêt tout à fait comme celle de John Bauer. Chaque fois que je regarde une de ses illustrations, je suis impressionnée par ce que je vois et je veux en savoir plus sur ce que je ne vois pas : qu’y a-t-il derrière ces arbres ?Qu’y a-t-il dans l’eau ? Qu’y a-t-il derrière cette colline ou ce rocher ?

Enfin, l’humour qui imprègne les images est palpable et rend les géants et les trolls moins effrayants. En fait, il crée un sentiment de familiarité avec ces créatures. Avec leurs gros nez, leurs mains énormes et leurs pieds gigantesques, le lecteur ne peut s’empêcher de se sentir réconforté par ces êtres imaginaires. Le contraste entre les personnages humains et ces géants rend de nombreuses histoires comiques. Ceci est également renforcé par les histoires elles-mêmes où les créatures imaginaires présentent souvent des qualités très humaines et, le plus comiquement, des défauts.

Dans l’ensemble, je pense que tout amateur de contes de fées voudra ajouter ce livre à sa collection. Non seulement les histoires sont amusantes à lire et à découvrir, mais les illustrations sont tout simplement magiques. Le livre lui-même est également très beau, et vous voudrez le laisser sur votre table basse pour le feuilleter à chaque fois que vous passerez devant. Je ne saurais trop vous recommander ce livre !

An Illustrated Treasury of Swedish Folk and Fairy Tales, de John Bauer, Floris Books