Book review: Poucette de Andersen et illustré par Elisabeth Nyman

Book Reviews

(In English over here!)

Je voulais partager ce livre avec vous car il s’agit d’une autre trouvaille que j’ai faite dans les livres à vendre de ma bibliothèque. Je l’ai adopté parce qu’enfant j’adorais le film de Poucette (1994): un prince fée, des grenouilles qui chantent, des costumes exubérants et des chansons loufoques. Il y avait vraiment tout pour me plaire. Et donc, lorsque j’ai vu ce livre de Poucette, je me suis dis qu’il était temps que je lise la version originale de ce conte de H.C. Andersen.

Cette version beaucoup plus sobre du conte est illustré par Elisabeth Nyman. Après avoir passer quelques moments à chercher sur internet, je dois dire que cette illustratrice est bien mystérieuse! Peut-être suédoise, peut-être allemande, elle semble avoir illustré au moins un autre conte de Andersen, mais c’est là toutes les informations que j’ai réussi à récolter à son sujet. C’est bien dommage, car cette peintre a créé un univers tout en douceur et en atmosphère pour ce livre par ces peintures remplies de poésie.

J’ai particulièrement apprécié les couleurs chaudes qui trouvent une place dans chacune des illustrations. Le traitement de la lumière est également très réussi. À première vue, on pourrait croire que les peintures sont peu détaillées par leur effet “impressionniste”. Cependant, la majorité des plantes sont identifiables, les animaux sont habilement représentés, et les scènes d’intérieurs regorge de petits objets de la vie quotidienne. J’ai beaucoup aimé justement qu’une peintre plus classique s’attaque à un livre pour enfant. Il me semble que cela propose quelque chose d’un peu différent, mais de très riche, aux jeunes lecteurs.

Par contre, je dois avouer que la lecture de ce conte m’a un peu surprise. Pauvre Poucette! Elle semble victime de tous les évènements et sa seule perspective d’avenir est de devenir l’épouse d’un crapaud, d’un hanneton ou d’une taupe! L’histoire semble s’arrêter abruptement au moment où Poucette prend finalement la décision de s’enfuit avec son amie l’hirondelle. Elle rencontre rapidement un prince fée et l’épouse, ce qui met fin au conte. Je dois dire que je suis restée un peu sur ma faim! J’aurais aimé une Poucette un peu plus volontaire, aventurière et contestataire. Mais, comme il s’agit de l’histoire d’origine, publiée pour la première fois en 1835, on peut comprendre son contexte historique et social.

Malgré cela, ce fut un plaisir de découvrir cette version du conte et cette illustratrice bien intrigante. J’ai beaucoup aimé son style de peinture qui emporte le lecteur dans une atmosphère un peu mystérieuse qui se marie très bien à l’histoire. Je n’ai malheureusement pas pu trouver beaucoup d’information sur ce livre, mais qui sait, vous tomberez peut-être dessus lors de votre prochaine visite à votre bibliothèque!

Poucette, par Andersen et illustré par Elisabeth Nyman, 1991, Milan


 

Book review: Thumbelina by Andersen and illustrated by Elisabeth Nyman

I wanted to share this book with you because it is yet another find I made in the books for sale at my library. I picked it up because as a child I loved the Thumbelina movie (1994): a fairy prince, singing frogs, exuberant costumes and goofy songs. It really had it all. And so, when I saw this Thumbelina book, I thought it was time to read the original version of this H.C. Andersen tale.

This much more sober version of the tale is illustrated by Elisabeth Nyman. After spending some time searching on the internet, I must say that this illustrator is quite mysterious! Maybe Swedish, maybe German, she seems to have illustrated at least one other Andersen tale, but that’s all the information I managed to gather about her. It’s a pity, because this painter has created a very soft and atmospheric world for this book with her paintings full of poetry.

I particularly liked the warm colors that find a place in each of the illustrations. The treatment of light is also very successful. At first glance, one has the impression that the paintings are not very detailed because of their ” impressionist ” effect. However, the majority of the plants are identifiable, the animals are cleverly represented, and the interior scenes are full of small objects of everyday life. I really liked that a more classical painter tackled a children’s book. It seems to me that it offers something a little different, but very rich, to young readers.

On the other hand, I must admit that reading this tale now surprised me a bit. Poor Thumbelina! She seems to be a victim of all events and her only future prospect is to become the wife of a toad, a cockchafer or a mole! The story seems to end abruptly when Thumbelina finally decides to run away with her friend the swallow. She soon meets a fairy prince and marries him, which ends the tale. I have to say that I was a little disappointed! I would have liked a Thumbelina who was a little more willing, adventurous and outspoken. But, since this is the original story, first published in 1835, one can understand its historical and social context.

Despite this, it was a pleasure to discover this version of the tale and this very intriguing illustrator. I really liked her style of painting that takes the reader into a mysterious atmosphere that goes very well with the story. Unfortunately, I couldn’t find much information about this book, but who knows, maybe you’ll stumble upon it during your next visit to your library!

Thumbelina, by Andersen and illustratd by Elisabeth Nyman, 1991, Milan

Book review: The Magic Fish by Trung Le Nguyen

Book Reviews

(En Français par ici!)

This book found its way to me at the perfect time! With all the Asian targeted racism stories going around in the news, I’ve been worried for my mom, cousins and friends, while feeling unsettled because I pass for white. Navigating all of this peacefully is quite difficult, but reading this book made me feel seen, and it felt great to connect with another Vietnamese artist through his work. This week, I’m sharing The Magic Fish by Trung Le Nguyen, aka Trungles.

What strikes me the most about this book is how clear the drawings are. The line work is precise and detailed, and everything is clear and immediately understood. I find this very impressive! The artwork support the story and never gets in the way of the narrative. Because of this, it is so easy and pleasant to get absorbed in the book and focus on the characters and their experiences. I also really enjoyed how each branch of the story has a particular colour. This gave the book a cinematic feel as it bounces between fairy tales, memories and present day life. It also made everything very clear, and again, easy to understand and follow. I was also very impressed by how monochromatic pages ended up being so interesting and more sophisticated in a way.

Once you get over how amazing the art is, the story itself is very touching. We follow Tiến, a young teenager who struggles with coming out to his parents. The author adds a layer of complexity to this already difficult situation by highlighting the language barrier between Tiến and his parents. This book also addresses immigration in a very tender and raw manner. Many of the elements surrounding the life of Vietnamese immigrants reminded me of my mom’s and my own story. It is fascinating to relate to a book in this way. It’s also very interesting to focus the story to the “after”. Most stories I’ve read about Vietnamese immigration focus on the journey of Boat People, the war that lead to their exodus, or their lives in refugee camps, whereas this book is set many years after the family is settled in the United States. This brings themes of identity, culture and belonging even more complex and rich.

Finally, if you are a graphic novel nerd, I’m sure you’ll be impressed by the layout of this book and how the author seamlessly goes from one story line to the other. I particularly enjoyed how fairy tales intersect with the main story and how Asian versions of classic fairy tales like the Little Mermaid or Cinderella are depicted. Being an avid reader of fairy tales, this was refreshing and made me want to learn more about Vietnamese and other Asian folklore.

Overall, you need to read this book! The story is touching and so relevant in our current context. I enjoyed every page of this graphic novel, and the characters stay with you even when you’re done reading. Humour, folklore, family, love, resilience and hurt; this book will take you on a roller-coaster of emotions. I’m in complete awe both with the writing and illustrations, and I’m sure you will be to!

The Magic Fish, by Trung Le Nguyen aka Trungles, RH Graphic

Not yet translated!


 

Book review: The Magic Fish par Trung Le Nguyen

Ce livre a trouvé son chemin vers moi au moment idéal ! Avec toutes les histoires de racisme ciblant les Asiatiques qui circulent dans les médias, je suis inquiète pour ma mère, mes cousins et mes amis, tout en me sentant déstabilisée parce que je passe pour blanche. Naviguer dans tout cela de manière pacifique est assez difficile, mais la lecture de ce livre m’a donné le sentiment d’être vue, et j’ai été ravie d’entrer en contact avec un autre artiste vietnamien à travers son œuvre. Cette semaine, je vous présente The Magic Fish de Trung Le Nguyen, alias Trungles.

Ce qui me frappe le plus dans ce livre, c’est la clarté des dessins. Le travail du trait est précis et détaillé, et tout est clair et immédiatement compréhensible. Je trouve cela très impressionnant ! Les illustrations soutiennent l’histoire et ne gênent jamais la narration. C’est pourquoi il est si facile et agréable de se laisser absorber par le livre et de se concentrer sur les personnages et leurs expériences. J’ai aussi beaucoup apprécié la façon dont chaque branche de l’histoire a une couleur particulière. Cela donne une impression de cinéma au livre, qui oscille entre les contes de fées, les souvenirs et la vie présente. Cela a également rendu le tout très clair, et encore une fois, facile à comprendre et à suivre. J’ai également été très impressionnée par la façon dont les pages monochromes sont finalement si intéressantes et plus sophistiquées d’une certaine façon.

Une fois que l’on se concentre sur autre chose que l’art, l’histoire elle-même est très touchante. Nous suivons Tiến, un jeune adolescent qui a du mal à faire son coming out auprès de ses parents. L’auteur ajoute une couche de complexité à cette situation déjà difficile en soulignant la barrière de la langue entre Tiến et ses parents. Ce livre aborde également la question de l’immigration d’une manière très tendre. De nombreux éléments entourant la vie des immigrants vietnamiens m’ont rappelé l’histoire de ma mère et la mienne. Il est fascinant de s’identifier à un livre de cette manière. Il est également très intéressant de centrer l’histoire sur “l’après”. La plupart des histoires que j’ai lues sur l’immigration vietnamienne se concentrent sur le voyage des Boat People, la guerre qui a conduit à leur exode ou leur vie dans les camps de réfugiés, alors que ce livre se déroule plusieurs années après l’installation de la famille aux États-Unis. Cela rend les thèmes de l’identité, de la culture et de l’appartenance encore plus complexes et riches.

Enfin, si vous êtes un fan de bandes dessinées, je suis certaine que vous serez impressionné par la mise en page de ce livre et la façon dont l’auteur passe d’une histoire à l’autre. J’ai particulièrement apprécié la façon dont les contes de fées s’entrecroisent avec l’histoire principale et comment les versions asiatiques des contes de fées classiques comme la Petite Sirène ou Cendrillon sont représentées. Étant une lectrice assidue de contes de fées, cette histoire était rafraîchissante et m’a donné envie d’en apprendre davantage sur le folklore vietnamien et asiatique.

En résumé, vous devez lire ce livre ! L’histoire est touchante et tellement pertinente dans notre contexte actuel. J’ai apprécié chaque page de ce roman graphique, et les personnages restent avec vous même lorsque vous avez fini de lire. L’humour, le folklore, la famille, l’amour, la résilience et la douleur ; ce livre vous emmènera dans une montagne russe d’émotions. Je suis en admiration devant l’écriture et les illustrations, et je suis sûre que vous le serez aussi !

The Magic Fish, par Trung Le Nguyen aka Trungles, RH Graphic

Ce livre est sorti l’automne dernier et n’est pas encore disponible en français.

Book review: L’escapade de Paolo par Lucie Papineau et Lucie Crovatto

Book Reviews

(In English over here!)

Cette semaine, je vous partage un autre livre par une écrivaine et une illustratrice Canadienne: L’escapade de Paolo écrit par Lucie Papineau et illustré par Lucie Crovatto. Ce livre tout en douceur est vraiment charmant et met en scène le petit Paolo et son amie Camille.

Encore une fois, et presque comme toujours, ce sont bien les illustrations qui m’ont attirée vers ce livre. Les images qui semblent être faites aux crayons de couleur donne un effet naïf et appaisant. Le choix des couleurs participe également à créer un univers serein et tendre. À chaque fois que je regarde ce livre, j’ai l’impression d’être dans le jardin de Paolo, entourée de fleurs, enveloppée dans une douce lumière de début d’été. Les textures utilisées ajoutent également à cet effet d’enveloppement.

J’ai également été charmée par tous les oiseaux qui sont présents dans le livre. Au travers des pages, on reconnait de nombreux oiseaux d’Amérique du Nord, et on en recontre de nouveaux. Les illustrations précises permettent d’apprendre à identifier ces oiseaux qui virevoltent dans le jardin de Paolo et de Camille. De plus, ceux-ci sont aussi cachés un peu partout dans le livre, et on se surprend à s’amuser à nommer le plus d’oiseaux possible de page en page.

Avant de passer à l’histoire, je dois mentionner la petite Camille qui est simplement adorable! Le détail mis dans la création de ce personnage la rende bien vivante. J’ai beaucoup aimé ses vêtements tout en couleurs et en motifs! Durant l’histoire, on suit le petit Paolo qui observe les oiseaux du jardin jusqu’à les rejoindre un jour. Bien que l’histoire soit assez simple, elle aborde les thèmes de la liberté, de l’appartenance ainsi que de l’amitié. Il est rafraichissant d’avoir une histoire d’amitié entre une petite fille et un oiseau. Et la personnalité du petit Paolo fait qu’on s’attache à lui très facilement.

Pour finir, ce livre est adorable et vraiment très joli. Les illustrations créent un univers enchanteur et l’histoire d’amitié plaira aux jeunes lecteurs à qui s’adresse ce livre. Le lecteur plus avancé sera sans nul doute amusé d’apprendre à reconnaître certains oiseaux et à explorer la nature avoisinante pour les y voir. Finalement, petit détail vraiment sympathique: La couverture “jaquette” se déplie en affiche présentant les différents oiseaux du livre! Bref, ce livre est parfait pour les jeunes ornithologues!

L’escapade de Paolo, par Lucie Papineau et Lucie Crovatto, Éditions La Bagnole

Pas encore disponible en Anglais malheureusement!


 

Book review: Paolo’s Adventure by Lucie Papineau and Lucie Crovatto

This week, I share with you another book by a Canadian writer and illustrator: L’escapade de Paolo written by Lucie Papineau and illustrated by Lucie Crovatto. This sweet book is really charming and features little Paolo and his friend Camille.

Once again, and almost as always, it was the illustrations that drew me to this book. The images that seem to be made with colored pencils give a naive and soothing effect. The choice of colors also contributes to create a serene and tender universe. Every time I look at this book, I feel like I am in Paolo’s garden, surrounded by flowers, wrapped in a soft early summer light. The textures used also add to this enveloping effect.

I was also charmed by all the birds that are present in the book. Through the pages, we recognize many North American birds, and we meet new ones. The precise illustrations allow us to learn how to identify the birds that fly around Paolo and Camille’s garden. Moreover, these birds are also hidden throughout the book, and we find ourselves having fun naming as many birds as possible from page to page.

Before I get to the story, I have to mention little Camille who is simply adorable! The details put into the creation of this character make her come alive. I really liked her colorful and patterned clothes! During the story, we follow little Paolo who observes the birds in the garden until he joins them one day. Although the story is fairly simple, it touches on themes of freedom, belonging, and friendship. It is refreshing to have a story of friendship between a little girl and a bird. And the personality of little Paolo makes it easy to get attached to him.

Finally, this book is adorable and really pretty. The illustrations create an enchanting world and the story of friendship will appeal to the young readers for whom this book is intended. The more advanced reader will undoubtedly be amused to learn how to recognize some of the birds and to explore the surrounding nature to see them. Finally, a really nice detail: The cover “dust jacket” unfolds into a poster presenting the different birds of the book! In short, this book is perfect for young birders!

L’escapade de Paolo, par Lucie Papineau et Lucie Crovatto, Éditions La Bagnole

Not yet available in English, unfortunately!

Book review: Entre Ciel et Mer par Les Frères Fan

Book Reviews

(In English over here!)

Cette semaine, je vous partage un autre livre par des écrivains et illustrateurs canadiens: Entre ciel et mer par les Frères Fan. Il y a quelque temps maintenant, j’avais repéré ce livre dans une petite librairie. Je m’étais dit, «ce livre est vraiment beau… s’il est encore là la prochaine fois, je le prend! » Pas de gros suspense, je suis retournée exprès pour le chercher… et je ne suis pas déçue!

Ce livre suit Félix qui part en voyage imaginaire en bateau à la recherche de cet endroit entre le ciel et la mer dont lui avait parlé son grand-père. Faisant subtilement écho aux contes chinois, cette histoire est douce et pleine d’imagination. Le texte étant assez minimal, on est rapidement absorbé dans les magnifiques illustrations remplie de détails fantastiques et amusants.

Cet album est très doux. L’histoire est simple, mais permet d’aborder des thèmes importants comme le deuil, le souvenir ainsi que l’héritage avec les enfants. Encore une fois, les illustrations de ce livres attirent l’œil par leur richesse. Comme d’autres livres que j’ai déjà partagés, les illustrations ont été faites au graphite et coloriées à l’ordinateur. Cette technique crée ici une impression de feutrage, qui correspond très bien au voyage de Félix. Les images sont également composées de façon très habiles et plusieurs objets sont repris de page en page, créant un joli thème très poétique.

Finalement, c’est un vrai plaisir de découvrir ce duos de frères illustrateurs canadiens. Une chose vraiment remarquable dans ce livre est la quantité d’informations que les images fournissent au lecteur et à la lectrice. Chaque image nous renseigne un peu plus sur les différents personnages, présents et absents, et permet de compléter l’information que le texte fourni. On assiste a un équilibre très plaisant entre le texte et les images.

Pour finir, ce livre est tout simplement magnifique. Les illustrations sont magiques et remplie de poésie. Elles seules sauront charmer tous les lecteurs. Le livre en lui-même étant également un très bel objet, il tient bien sa place dans toutes les bibliothèques. Si l’occasion se présente, retournez chercher ce livre, vous ne serez pas déçus!

Entre ciel et mer par les Frères Fan, Éditions Scholastic

Ocean Meets Sky, by the Fan Brothers Simon & Schuster Books for Young Readers


 

Book review: Ocean Meets Sky by the Fan Brothers

This week, I share another book by Canadian writers and illustrators: Ocean meets Sky by the Fan Brothers. Some time ago, I had spotted this book in a small bookstore. I thought to myself, “this book is really beautiful… if it’s still there next time, I’ll take it! ” No big surprise, I went back on purpose to get it… and I’m not disappointed!

This book follows Finn as he goes on an imaginary boat trip in search of the place between the sky and the sea that his grandfather told him about. Subtly echoing Chinese tales, this story is sweet and imaginative. The text being quite minimal, one is quickly absorbed in the beautiful illustrations filled with fantastic and amusing details.

This album is very gentle. The story is simple, but allows for important themes such as grief, remembrance, and legacy to be addressed with children. Once again, the illustrations in this book are eye-catching in their richness. Like other books I have shared before, the illustrations were done in graphite and coloured on the computer. This technique creates a soft, matted feel here, which is very fitting for Finn’s journey. The images are also very skilfully composed and many objects are repeated from page to page, creating a lovely and very poetic theme.

Finally, it is a real pleasure to discover this duet of Canadian illustrators. One thing that is truly remarkable about this book is the amount of information that the images provide to the reader. Each image tells us a little more about the different characters, present and absent, and allows us to complete the information that the text provides. There is a very pleasant balance between the text and the images.

Finally, this book is simply beautiful. The illustrations are magical and full of poetry. They alone will charm all readers. The book itself is also a beautiful object, and it fits well in any library. If the opportunity comes up, go out and get this book, you won’t be disappointed!

Ocean Meets Sky, by the Fan Brothers Simon & Schuster Books for Young Readers

Book review: L’oiseau de Colette par Isabelle Arsenault

Book Reviews

(In English over here!)

Cette semaine je vous partage un second livre par Isabelle Arsenault. Je vous avais déjà écrit sur Jane, le renard et moi que j’adore tout simplement. Cette fois-ci, je vous propose un livre pour un publique plus jeune: L’oiseau de Colette.

Pour commencer, ce livre fait partie d’une série de petits livres qui se passent tous dans le même quartier. Et ce qui est sympa, c’est que j’ai habité et travaillé dans ce quartier de Montréal. Il est amusant de voir une histoire se dérouler dans une ruelle que j’ai parcouru. Chaque livre de la série s’articule autour d’un enfant et de ses amis et voisins. Dans celui qui nous intéresse, on rencontre Colette qui vient d’aménager dans le quartier et qui part dans une course un peu folle de voisin de ruelle en voisin de ruelle à la recherche de sa perruche perdue.

Ce qui est agréable avec cette histoire ce que de page en page, on rencontre un par un les enfants de la ruelle qui se mettent tous à la recherche de l’oiseau de Colette. En fait, en lisant ce livre, j’avais un peu l’impression d’être dans une chanson à répondre. Au fur et à mesure que l’histoire se déroule, on découvre les talents d’oratrice de Colette et la personnalité de ses nouveaux amis. Pleine d’imagination et d’un désir d’aventure, Colette est vraiment attachante et on a l’impression de nous aussi faire partie de cette bande d’enfants presque sauvages lâchés dans leur ruelle.

Mais vous vous en doutez sans doute, ce n’est pas l’histoire qui m’a attirée vers ce livre, mais bien les illustrations. Le style d’Isabelle Arsenault est encore une fois bien reconnaissable et si agréable! Tout comme dans Jane, les illustrations sont majoritairement en noir et blanc avec une touche de couleur: ici surtout du jaune. L’effet crayon de papier créé également une atmosphère décontractée. Chacun des enfants de l’histoire est unique et leur personnalité se reflète dans chacun de leur jardin.

Cependant ce qui est vraiment génial avec les livres d’Isabelle Arsenault, c’est qu’on oublie qu’on est en train de lire un livre pour être entièrement absorbés dans son univers. La richesse des détails, les personnages attachants et comiques, l’histoire loufoque contribuent tous de façon harmonieuse à cet effet.

Finalement, ce livre est parfait pour tous les enfants qui pourront s’amuser à s’imaginer dans la bande de Colette, mais aussi pour tous ceux qui ont besoin d’une après-midi tranquille à chercher un drôle d’oiseau en compagnie de nouveaux amis. J’aime beaucoup le concept de ces livres: chaque livre est d’une couleur différente ce qui les rends collectionables!

L’oiseau de Colette par Isabelle Arsenault, La Pastèque

Colette’s Lost Pet, Penguin Random House


 

Book review: Colette’s Lost Pet by Isabelle Arsenault

This week I share with you a second book by Isabelle Arsenault. I had already written to you about Jane, the fox and me which I simply adore. This time, I bring you a book for a younger audience: L’oiseau de Colette.

To begin with, this book is part of a series of small books all set in the same neighborhood. And the cool thing is that I used to live and work in that neighborhood in Montreal. It’s fun to see a story set in an alley I’ve walked down. Each book in the series revolves around a child and their friends and neighbors. In the one we are interested in, we meet Colette who has just moved into the neighborhood and who goes on a bit of a wild goose chase from alley to alley in search of her lost parakeet.

What’s nice about this story is that from page to page, we meet the children in the alley, who all end up looking for Colette’s bird. In fact, while reading this book, I felt a bit like I was in a song. As the story unfolds, we learn about Colette’s storytelling skills and the personalities of her new friends. Full of imagination and a desire for adventure, Colette is really endearing and we feel like we too are part of this band of (almost) wild children let loose in their alley.

But as you can probably imagine, it’s not the story that drew me to this book, but the illustrations. Isabelle Arsenault’s style is once again very recognizable and so pleasant! As in Jane, the illustrations are mostly in black and white with a touch of color: here mostly yellow. The pencil effect also creates a relaxed atmosphere. Each of the children in the story is unique and their personality is reflected in each of their gardens.

But what’s really great about Isabelle Arsenault’s books is that you forget you’re reading a book and become completely absorbed in her world. The richness of the details, the endearing and comical characters, and the goofy story all contribute harmoniously to this effect.

Finally, this book is perfect for all children who will have fun imagining themselves in Colette’s gang, but also for all those who need a quiet afternoon to look for a funny bird with new friends. I love the concept of these books: each book is a different color which makes them collectible!

L’oiseau de Colette par Isabelle Arsenault, La Pastèque

Colette’s Lost Pet, Penguin Random House

Book review: Cozy Days, The Art of Iraville, by Ira Sluyterman van Langeweyde

Book Reviews

(En Français ici!)

I am very excited to share this week’s book with you: Cozy Days, The Art of Iraville, by Ira Sluyterman van Langeweyde. Iraville is an illustrator from Germany. Her book Cozy Days is the perfect invitation to grab a warm beverage and cuddle up to flip through her beautiful work.

First of all, this is a great book for that fancy coffee table you keep in your fancy apartment (remember it now?). The format is great and the book design work is of really high quality. It’s a real treat to flip through the many, many pages. Yes, this is a big book. After all, it is an overview of the artist’s full body of work. It’s so nice having a book like this. It almost acts as a reference book for Iraville’s work. One thing that is really striking in this artist’s work to me is her colour palette: warm browns and yellows are featured in almost all her pictures and create a nostalgic atmosphere.

It’s also very inspiring to see the many different watercolour techniques Iraville uses to create landscapes, scenery, and characters. It’s nice to see how she uses watercolours to create different effects and render various moods and feelings. I’m always really impressed by her landscapes and how she manages to create stories through each of her illustrations. Her cityscapes are also very fun: the way she plays with perspective is magic. But, I have to say that I particularly love her characters. They are always so dynamic and full of personality. They also have her signature pointy eyes and are always recognizable as hers. The way she incorporates patterns with her characters’ clothes is also very clever and makes them even more interesting.

I also really enjoyed that this book not only presents her work but also how Iraville works. In one part of the book, she explains how she makes her own watercolour paints by using pigments. It’s very interesting and made me want to learn to do that too! I have yet to try, but I know that if I do, I’ll be sure to come back to this book for some tips! Iraville also shares different tips on how she creates some interesting negative space framing or how she prepares her watercolour paper before painting. All in all, I was not only inspired by her work, but also learned a lot with this book!

Through the book, Iraville also shares how she came to be an illustrator. It’s always very interesting to see how different artists came to their work. She shares her struggles and victories very candidly, which makes this book a great companion for lonely days.

Finally, this book is perfect for anyone interested in watercolours and modern illustration. Iraville shares so much of her work, experience and story. This is a book you’ll want to keep around and flip through on days when you feel uninspired. Each page is filled to the brim with lovely pictures, and it is sure to inspire you to start doodling, drawing or painting!

Cozy Days, The Art of Iraville, by Ira Sluyterman van Langeweyde, 3D Total Publishing


Book review: Cozy Days, The Art of Iraville, de Ira Sluyterman van Langeweyde

Je suis très contente de partager le livre de cette semaine avec vous : Cozy Days, The Art of Iraville, par Ira Sluyterman van Langeweyde. Iraville est une illustratrice allemande. Son livre Cozy Days est l’invitation parfaite à prendre une boisson chaude et à se détendre pour feuilleter son magnifique ouvrage.

Tout d’abord, c’est un excellent livre pour la table basse chic que vous gardez dans votre appartement chic (vous vous en souvenez?). Le format est génial et le travail de conception du livre est de très grande qualité. C’est un vrai plaisir de feuilleter les nombreuses pages. Oui, c’est un gros livre. Après tout, c’est un aperçu de l’ensemble du travail de l’artiste. C’est tellement agréable d’avoir un livre comme celui-ci. Il fait presque office de livre de référence pour l’œuvre d’Iraville. Une chose qui me frappe vraiment dans le travail de cette artiste, c’est sa palette de couleurs : des bruns et des jaunes chauds sont présents dans presque toutes ses illustrations et créent une atmosphère nostalgique.

Il est également très inspirant de voir les nombreuses techniques d’aquarelle qu’Iraville utilise pour créer des paysages, des panoramas et des personnages. C’est agréable de voir comment elle utilise l’aquarelle pour créer différents effets et rendre diverses atmosphères et sentiments. Je suis toujours très impressionnée par ses paysages et par la façon dont elle parvient à créer des histoires à travers chacune de ses illustrations. Ses paysages urbains sont également très amusants : la façon dont elle joue avec la perspective est magique. Mais je dois dire que j’aime particulièrement ses personnages. Ils sont toujours si dynamiques et pleins de personnalité. Ils ont aussi ses yeux pointus caractéristiques et sont toujours reconnaissables comme étant les siens. La façon dont elle intègre des motifs aux vêtements de ses personnages est également très habile et les rend encore plus intéressants.

J’ai aussi beaucoup apprécié que ce livre présente non seulement son travail mais aussi la façon dont Iraville travaille. Dans une des sections du livre, elle explique comment elle fait ses propres peintures en utilisant des pigments. C’est très intéressant et cela m’a donné envie d’apprendre à le faire aussi ! Je n’ai pas encore essayé, mais je sais que si je le fais, je ne manquerai pas de revenir dans ce livre pour obtenir des conseils ! Iraville partage également différents conseils sur la façon dont elle crée des cadrages avec des espaces négatifs intéressants ou sur la façon dont elle prépare son papier pour aquarelle avant de peindre. Dans l’ensemble, je n’ai pas seulement été inspirée par son travail, mais j’ai aussi beaucoup appris avec ce livre !

Dans ce livre, Iraville raconte également comment elle est devenue illustratrice. Il est toujours très intéressant de voir comment différents artistes en sont venus à leur travail. Elle partage ses difficultés et ses victoires avec beaucoup de franchise, ce qui fait de ce livre un excellent compagnon pour les jours de solitude.

Enfin, ce livre est parfait pour tous ceux qui s’intéressent à l’aquarelle et à l’illustration moderne. Iraville partage une grande partie de son travail, de son expérience et de son histoire. C’est un livre que vous voudrez garder à portée et feuilleter les jours où vous ne vous sentez pas inspiré. Chaque page est remplie à ras bord de belles images, et ce livre vous donnera certainement envie de commencer à griffonner, à dessiner ou à peindre !

Cozy Days, The Art of Iraville, de Ira Sluyterman van Langeweyde, 3D Total Publishing

Book review: Mary Who Wrote Frankenstein, by Linda Bailey and Júlia Sardà

Book Reviews

(En Français ici!)

I found this book a few years ago at the Festival de la BD de Montréal. I was instantly drawn to it because of the colours and illustration style. Today, I share Mary Who Wrote Frankenstein, written by Linda Bailley and illustrated by Júlia Sardà. This one is another one of my favourite and even lives in a special part of my office so that it is always on hand.

As the title suggests, this book is an illustrated biography of Mary Shelley who wrote Frankenstein. This book is made for children 5 years old and up, but I think there’s something in there for everyone. The story starts when Mary is a little girl and follows her through her tumultuous life and the strange trip that resulted in her creating her famous monster. The writing is easy to follow but dives into different aspects of the writer’s life, and leaves the reader wanting to know more. I didn’t know much about Mary Shelley before stumbling upon this book, and after reading it many times, it made me curious enough to read other books about her. In any case, she had a very interesting life with which all readers will be able to identify.

I don’t think it’s possible to not be intrigued by the life of this great figure of Romantic times. Mary Shelley lived such an interesting life surrounded by other artists. What struck me most was how independent and willing to take risks she was. It is truly inspiring.

But, let’s focus on the book for a minute! As I mentioned above, what led me to this book is the illustration style. I particularly enjoy the dark and “burnt” colour palette that was used by Júlia Sardà. It creates a mysterious and ancient atmosphere that is perfect for a book on Frankenstein. I really enjoyed some of the double page illustrations like the one above that screamed movement and dynamism. You can imagine the scene and can practically hear young Mary screaming in the rain and wind… taking you with her!

Júlia Sardà also uses patterns in almost all of the pictures, but they don’t feel overly crowded or confusing. It adds a lot to the atmosphere of the book. I also really enjoy how recognizable her style is. Her characters are particularly expressive while also being funny and detailed.

Overall, this book is the perfect choice for any child who loves a good Gothic story, who is a Romantic, who likes spooky stories and mysterious circumstances, and who is intrigued by Frankenstein. However, I’d also recommend this book to everyone because it is a great introduction to the life of a great literary figure. I’d also give this book to all the little girls who might feel alone being daydreamers or in search of a strong female role model. With its truly magical illustrations, this book will become a treasure that will be read again and again.

Mary Who Wrote Frankenstein, by Linda Bailey and Júlia Sardà, Tundra books – Penguin Random House

Translated to French: Mary, auteure de Frankenstein, de Linda Bailey et Júlia Sardà, La Pastèque


Book review: Mary, auteure de Frankenstein, de Linda Bailey et Júlia Sardà

J’ai trouvé ce livre il y a quelques années au Festival de la BD de Montréal. Il m’a tout de suite attiré par les couleurs et le style d’illustration. Aujourd’hui, je partage le livre Mary auteure de Frankenstein, écrit par Linda Bailley et illustré par Júlia Sardà. Ce livre est un autre de mes préférés et il vit même dans une partie spéciale de mon bureau pour qu’il soit toujours à portée de main.

Comme le titre le suggère, ce livre est une biographie illustrée de Mary Shelley qui a écrit Frankenstein. Ce livre est destiné aux enfants de 5 ans et plus, mais je pense qu’il y a quelque chose pour tout le monde. L’histoire commence lorsque Mary est une petite fille et la suit à travers sa vie tumultueuse et l’étrange voyage qui l’a amenée à créer son célèbre monstre. L’écriture est facile à suivre mais plonge dans différents aspects de la vie de l’écrivain, et laisse le lecteur désireux d’en savoir plus. Je ne savais pas grand-chose sur Mary Shelley avant de tomber sur ce livre, et après l’avoir lu à plusieurs reprises, il m’a rendu assez curieuse pour lire d’autres livres à son sujet. En tout cas, elle a eu une vie très intéressante à laquelle tous les lecteurs pourront s’identifier.

Je ne pense pas qu’il soit possible de ne pas être intrigué par la vie de cette grande figure de l’époque romantique. Mary Shelley a vécu une vie si intéressante entourée d’autres artistes. Ce qui m’a le plus frappé, c’est son indépendance et sa capacité à prendre des risques. C’est vraiment inspirant.

Mais concentrons-nous sur le livre pendant une minute ! Comme je l’ai mentionné plus haut, ce qui m’a conduit à ce livre est le style d’illustration. J’aime particulièrement la palette de couleurs sombres et “brûlées” qui a été utilisée par Júlia Sardà. Elle crée une atmosphère mystérieuse et ancienne qui est parfaite pour un livre sur Frankenstein. J’ai beaucoup apprécié certaines des illustrations à double page comme celle ci-dessus qui criait dynamisme et mouvement. Vous pouvez imaginer la scène et vous pouvez pratiquement entendre la jeune Mary crier sous la pluie et dans le vent… en vous emmenant avec elle !

Júlia Sardà utilise également des motifs dans presque toutes les illustrations, mais celles-ci ne semblent pas trop chargées ou embrouillées. Au contraire, cela ajoute beaucoup à l’atmosphère du livre. J’aime aussi énormément le fait que son style soit reconnaissable. Ses personnages sont particulièrement expressifs tout en étant drôles et détaillés.

Dans l’ensemble, ce livre est le choix parfait pour tout enfant qui aime une bonne histoire gothique, qui est un romantique, qui aime les histoires effrayantes et les circonstances mystérieuses, et qui est intrigué par Frankenstein. Cependant, je recommande également ce livre à tout le monde parce qu’il constitue une excellente introduction à la vie d’un grand personnage littéraire. Je donnerais également ce livre à toutes les petites filles qui pourraient se sentir seules à rêvasser ou à la recherche d’un modèle féminin fort. Avec ses illustrations vraiment magiques, ce livre deviendra un trésor qui sera lu encore et encore.

Mary Who Wrote Frankenstein, by Linda Bailey and Júlia Sardà, Tundra books – Penguin Random House

Disponible en français: Mary, auteure de Frankenstein, de Linda Bailey et Júlia Sardà, La Pastèque

Book review: Au Bord de l’Étang, par Tilde Michels et Reinhardt Michl

Book Reviews

(In English here!)

Une autre belle trouvaille dans le bac des livres à vendre de la bibliothèque: Au bord de l’étang par Tilde Michels et Reinhardt Michl. Ce livre sorti en 1987 reste magnifique et apporte une atmosphère paisible à tous les lecteurs.

Au travers de ce livre, on découvre un endroit rempli de vie: l’étang. Tilde Michels nous amène pour une longue promenade. On commence au printemps et on termine en plein été. Chaque page présente différents animaux: crapauds, grenouilles, insectes, busard. Le ton descriptif est riche et presque poétique, et amène le lecteur et la lectrice à observer chaque illustration de près. C’est le genre de livre qui inspire à se promener en nature pour observer et apprendre à mieux connaître l’univers naturel qui nous entoure.

En plus du texte descriptif et apaisant, les illustrations sont riches et détaillées. Les animaux sont incroyablement réalistes, et les décors naturels donnent envie de tomber dans la page et de se promener au bord de l’étang. Reinhardt Michl est un illustrateur reconnu pour ses livres pour enfants et on comprend vite pourquoi. L’harmonie des couleurs, la richesse des détails et des compositions calmes permettent un moment de détente complet lorsqu’on lit ce livre. C’est un travail extraordinaire et rempli de douceur qui inspirera autant les artistes établis que les débutants.

C’est un livre sans histoire. Au lieu de cela, on découvre un environnement et ces habitants. Il y a un côté délicieusement rétro dans ce genre de livre. Les couleurs ne sont pas criardes, les animaux restent des animaux, et pourtant, ce livre déborde de magie et de belles choses à découvrir.

Au travers du livre, on suit également la croissance des grenouilles qui ont vraiment un cycle de vie incroyable. Que ce soit par les images ou le texte, il y a quelque chose à apprendre et à admirer à chaque page.

Finalement, ce livre est une belle découverte pour tous ceux qui aiment la nature ou qui on besoin de s’y évader un petit moment. On arrive encore à le trouver en ligne, mais je vous invite à jeter un coup d’œil partout où on trouve des livres pour enfants pré-aimé: ce petit livre s’y cache peut-être en pleine vue!

Au bord de l’étang par Tilde Michels et Reinhardt Michl, Éditions Milan


Book review: Au Bord de l’Étang, by Tilde Michels and Reinhardt Michl

Another beautiful find in the library’s book-for-sale box: Au bord de l’étang by Tilde Michels and Reinhardt Michl. This book, published in 1987, remains beautiful and brings a peaceful atmosphere to all readers.

Through this book, we discover a place full of life: the pond. Tilde Michels takes us for a long walk. We start in Spring and end in the middle of Summer. Each page presents different animals: toads, frogs, insects and buzzards. The descriptive tone is rich and almost poetic, and leads the reader to observe each illustration closely. This is the kind of book that inspires to walk in nature to observe and learn more about the natural world around us.

In addition to the descriptive and soothing text, the illustrations are rich and detailed. The animals are incredibly realistic, and the natural settings make you want to fall into the page and walk by the pond. Reinhardt Michl is an illustrator known for his children’s books and it is easy to see why. The harmony of the colors, the richness of the details and the calm compositions allow a complete moment of relaxation when reading this book. It is an extraordinary and gentle work that will inspire both established artists and beginners.

It’s a book without a story. Instead, we discover an environment and its inhabitants. There’s a delightfully retro side to this kind of book. The colors are not garish, the animals are simply animals, and yet this book is full of magic and beautiful things to discover.

Through the book, we also follow the growth of frogs that really have an incredible life cycle. Whether through the images or the text, there is something to learn and admire on every page.

Finally, this book is a great discovery for anyone who loves nature or needs to escape to it for a little while. We can still find this book online, but I invite you to take a look wherever there are pre-loved children’s books: this little book may be hiding in plain sight!

Au bord de l’étang par Tilde Michels et Reinhardt Michl, Éditions Milan

Not yet available in English, but so beautiful you’ll want to look at the pictures whatever language you speak!

Book review: L’herbier des fées, par Sébastien Perez et Benjamin Lacombe

Book Reviews

(In English here!)

Cette semaine je vous partage un autre de mes livres favoris: L’herbier des fées, écrit par Sébastien Perez et Benjamin Lacombe. J’aime comment ce livre est tombé dans ma collection: Il y a fort longtemps, lorsqu’il était possible de visiter les bibliothèques publiques, j’ai aperçu ce livre sur la table de livres à vendre. La bibliothèque municipale faisait de la place et vendait les livres un peu abimés, peu empruntés, trop vieux… À plusieurs reprise, j’ai feuilleté ce livre, redéposé. De retour à la maison, je me suis dit que s’il était encore là la prochaine fois, je le prendrais. Après tout, 50 sous pour un livre, je ne risquais pas grand chose. Et bien, je suis retournée à la bibliothèque le lendemain parce que ce livre était bien pris dans ma tête: ce sont les 50 sous que j’ai le mieux investis! J’aime que le livre ait une histoire et que plusieurs enfants l’aient regardé avant moi.

Benjamin Lacombe est probablement l’illustrateur le mieux représenté dans le monde de l’illustration contemporaine. Lorsque je vivais à Montréal, il était difficile de passer devant une librairie sans voir un de ses livres en vitrine. Et c’est tout à fait compréhensible. Ces illustrations sont magiques et quelque peu dérangeantes avec tous ces personnages aux yeux gigantesques qui sembles vous suivre du regard. Il a un style bien reconnaissable et absolument fantastique.

A travers ce livre, on découvre de nombreuses fées de la forêt de Brocéliande. Elles sont toutes originales et j’adore l’univers imaginaires présentés qui semble peu à peu dévorer le personnage principale du livre, et du même coup, le lecteur et la lectrice. Cet effet est accentué par le fabuleux travail d’édition: feuilles découpées, papier semi-transparent, format généreux. Tous les effets sont présents pour créer une expérience de lecture agréable et immersive.

L’histoire est fascinante et on s’attache facilement au personnage principal. Envoyé par la Russie pour étudier les créatures magiques de la forêt de Brocéliande, notre scientifique est peu à peu absorbé dans cet univers merveilleux (et aussi un peu inquiétant). Le détail des illustrations fait de chaque page un plaisir à explorer, encore et encore.

De nombreux livres dans ma bibliothèque traitent des fées, mais je trouve que celui-ci fait preuve d’une imagination très riche et unique. On reste loin des clichés de poupons ailés, et on découvre des fées bien vivantes, uniques et ensorcelante. L’ambiance de mystère et de magie est présente dès les premières pages et rend ce livre tout à fait captivant.

Finalement, ce livre est à ajouter à toutes les bibliothèques de livres pour enfants (et pour grands) qui aiment la nature, les fées, la magie et le mystère. Les amoureux du papier seront aussi impressionnés par la réalisation du livre et la qualité du travail d’édition. Pour finir, une version numérique interactive a également été publiée pour les lecteurs du futur.

L’herbier des fées, par Sébastien Perez et Benjamin Lacombe, Albin-Michel

Version numérique en français

Pas encore disponible en anglais malheureusement!


Book review: L’herbier des fées, by Sébastien Perez and Benjamin Lacombe

This week I share another of my favorite books: L’herbier des fées, written by Sébastien Perez and Benjamin Lacombe. I like how this book fell into my collection: A long time ago, when it was possible to visit public libraries, I saw this book on the table of books for sale. The public library made room and sold books that were a little damaged, not much borrowed, too old… On several occasions, I flipped through this book, put it down again. Back home, I told myself that if it was still there next time, I would take it. After all, 50 cents for a book, I wasn’t risking much. Well, I went back to the library the next day because the book was stuck in my head: it was a very well spent 50 cents! I like that the book has a story and that many children have looked at it before me.

Benjamin Lacombe is probably the best represented illustrator in the world of contemporary illustration. When I lived in Montreal, it was hard to walk past a bookstore without seeing one of his books in the window display. And that’s completely understandable. His illustrations are magical and somewhat disturbing with all these characters with gigantic eyes that seem to follow you with their gaze. He has a very recognizable and absolutely fantastic style.

Through this book, we discover many fairies of the Brocéliande forest. They are all original and I love the presented imaginary universe which seems to devour the main character of the book little by little, and at the same time, the reader. This effect is accentuated by the fabulous editing work: cut-out pages, semi-transparent paper, generous size. All the effects are present to create a pleasant and immersive reading experience.

The story is fascinating and one easily becomes attached to the main character. Sent by Russia to study the magical creatures of the forest of Broceliande, our scientist is little by little absorbed in this marvelous (and also somewhat disturbing) universe. The detail of the illustrations makes each page a pleasure to explore, again and again.

Many books in my library deal with fairies, but I find this one exhibits a very rich and unique imagination. We stay away from the clichés of winged infants, and we discover fairies that are alive, unique and bewitching. The atmosphere of mystery and magic is present from the very first pages and makes this book quite captivating.

Finally, this book is to be added to all book collections for children (and older children) who love nature, fairies, magic and mystery. Paper lovers will also be impressed by the book’s realization and the quality of the publishing work. Finally, an interactive digital version has also been published for readers from the future.

L’herbier des fées, par Sébastien Perez et Benjamin Lacombe, Albin-Michel

Version numérique en français

Not yet available in English unfortunately!

Book review: Jane, le renard et moi, par Isabelle Arsenault et Fanny Britt

Book Reviews

(In English here!)

Cette semaine je vous partage un autre de mes livres favoris: Jane, le renard et moi, écrit par Fanny Britt et illustré par Isabelle Arsenault. Il s’agit d’une découverte qui date de l’année dernière pour moi et que j’ai lue et relue, encore et encore.

Par où commencer? Dans cette bande dessinée, ou plutôt roman graphique, on suit une jeune adolescente qui navigue avec plus ou moins d’aise les amies, l’école, l’intimidation, la solitude et le fait de grandir. Hélène est touchante, et on se reconnait facilement dans ses relations avec les autres. L’histoire est magnifiquement bien écrit: on évite les cliché, mais on ressent les émotions poignante de la jeune Hélène avec beaucoup de sensibilité.

Ce qui est fascinant avec ce livre c’est la parfait aliance du dessin et de l’histoire. À de nombreuses reprises, les illustrations expriment avec clarté les émotions d’Hélène sans avoir recourt au texte. Le dessin donne l’impression d’avoir été fait au crayon à papier et le style brut reflète très bien l’état vulnérable du personnage principal.

Mais ce n’est pas parce que le gros des images est en noir et blanc que l’on manque de détail. Le style est précis et on reconnait facilement des endroits, des situations et des objets de la vie de tous les jours ce qui rend l’histoire encore plus touchante puisqu’on peut facilement s’y identifier. Plusieurs thèmes sont abordés ainsi sans necessairement y faire directement allusion: la maternité, la vie de famille, l’image corporelle, l’amitié, l’empathie, et bien d’autre.

En fait, les seuls moments ou un peu de couleur fait irruption c’est lorsque Hélène imagine des scenes du roman qu’elle est en train de lire: Jane Eyre. Ces scènes imaginées ajoutent beaucoup d’humour et forment un univers parallèle à celui de Hélène.

Finalement, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi ce livre à reçu de nombreuses récompenses et à été traduit dans 8 langues. L’histoire est touchante et invite le lecteur à se replonger dans sa propre enfance, le dessin est évocateur et riche, et la combinaison des deux crée un livre poignant auquel on repense souvent. Ce livre plaira aux adolescents comme aux lecteurs plus expérimentés. Un must!

Jane, le renard et moi, par Fanny Britt et Isabelle Arsenault, La Pastèque

Aussi disponible en anglais : Jane, the Fox and I, Groundwood Books


Book review: Jane, the Fox and me, by Isabelle Arsenault and Fanny Britt

This week I am sharing another of my favorite books: Jane, the Fox and Me, written by Fanny Britt and illustrated by Isabelle Arsenault. It is a discovery I made last year and which I have read and reread over and over again.

Where to start? In this comic book, or rather graphic novel, we follow a young teenage girl who navigates with varying degrees of ease through friends, school, bullying, loneliness and growing up. Hélène is touching, and you can easily recognize yourself in her relationships with others. The story is beautifully written: we avoid clichés, but we feel the poignant emotions of young Hélène with great sensibility.

What is fascinating about this book is the perfect combination of drawing and story. On many occasions, the illustrations clearly express Hélène’s emotions without resorting to text. The drawing gives the impression of having been done in pencil and the raw style reflects very well the vulnerable state of the main character.

But just because the bulk of the images are in black and white doesn’t mean there is a lack of detail. The style is precise and you can easily recognize places, situations and objects from everyday life, which makes the story even more touching and relatable. Several themes are approached in this way without necessarily alluding to them directly: motherhood, family life, body image, friendship, empathy, and many others.

In fact, the only time when a little color pops up is when Hélène imagines scenes from the novel she is reading: Jane Eyre. These imagined scenes add a lot of humor and form a parallel universe to Hélène’s one.

Finally, it is not difficult to understand why this book has received numerous awards and has been translated into 8 languages. The story is touching and invites the reader to go back to his own childhood, the drawing is evocative and rich, and the combination of the two creates a poignant book that is often recalled. This book will appeal to teenagers as well as more experienced readers. A must read!

Jane, le renard et moi, par Fanny Britt et Isabelle Arsenault, La Pastèque

Available in English : Jane, the Fox and I, Groundwood Books