Agatha’s Journal, What now?

Agatha's Journal

(psst, les francos, ça se passe plus bas!)

That’s it friends! The Kickstarter campaign is over, and it did not succeed.

I worked a lot on this project, and of course I’m disappointed that I will not be able to share my work with you just yet. I really hoped that this campaign would work, and that I would be able to send my backers fun and unique surprises as well as copies of my book. I was also looking forward to having some extra copies of my book available for sale in my Etsy shop.

So now that the kickstarter has failed, it feels a bit sad and empty. But, I’m also carrying a lot of new things that I learned while working on the campaign and promoting my book.

First, people who are excited about your work will support you. Having the support of my family and friends felt like such a precious gift, especially through this weird period. I’m more than grateful for all their encouragements, kind words and pledges.

Second, while I was promoting my book, I mainly used Instagram. Well, I hate it. The platform feels hollow and empty. I feel like most of us are so busy promoting our own work that we don’t really look at what the others are doing. Promoting my book, it felt like I was in an echo chamber: screaming about my book and only hearing myself back again. And, it was not just an impression: most of my backers were people I knew personally (except for two who found my project directly through the Kickstarter website). So while I was working hard on trying to figure out new ways to engage my following, most of my following was not looking, seeing or engaging. The more time I spent on Instagram, the emptier I felt. Now that I’m done promoting my book, I feel exhausted by the platform. This whole project really has me questioning my relationship to the platform, and I haven’t found a solution that feels authentic yet. More on that soon… or when I figure it out.

Third, I really like my book, but at one point in the campaign, I felt like I needed to rework the entire thing and just cancel the campaign. I guess it’s the perfectionist and impostor in me that were shouting these ideas. As a creator and artist, I feel like my pieces are never completely done. It’s difficult to let go of a project, and this was also true for this book. Yet, it’s such a fun part of the creation process to be able to share my work. I really learned a lot about myself and about myself as a creator while struggling with impostor syndrome as the campaign was slowly moving towards failing. But see, that’s the thing. It’s not really a failure, is it? I mean, my goals are not met, but that doesn’t change the hours of work I put into this project, the quality of the work, or anything else about it. The only thing it changes is the timeline in which I’ll be able to sell the work. That’s it.

I could go on and on about what other things, but as I also learned through the campaign, people don’t like to read long pieces, so I’ll stop here for now.

Again, thank you so much for all your support!

This blog post is one in a series I’m writing about my book, Agatha’s Journal.

Check out this page for more information on the book!


Et maintenant?

Voilà, chers amis ! La campagne Kickstarter est terminée, et elle n’a pas réussi.

J’ai beaucoup travaillé sur ce projet, et bien sûr je suis déçue de ne pas pouvoir partager mon travail avec vous pour l’instant. J’espérais vraiment que cette campagne fonctionnerait, et que je pourrais envoyer à mes supporters des surprises amusantes et uniques ainsi que des exemplaires de mon livre. Je me réjouissais également d’avoir quelques exemplaires supplémentaires en vente dans ma boutique Etsy.

Maintenant que le kickstarter a échoué, la situation est un peu triste et vide. Mais j’emporte aussi beaucoup de nouvelles choses que j’ai apprises en travaillant sur la campagne et en faisant la promotion de mon livre.

Tout d’abord, les personnes qui sont enthousiastes à propos de votre travail vous soutiendront. Avoir le soutien de ma famille et de mes amis m’a semblé être un cadeau si précieux, surtout pendant cette période étrange. Je leur suis plus que reconnaissante pour tous leurs encouragements, leurs mots gentils et leurs engagements.

Deuxièmement, pendant que je faisais la promotion de mon livre, j’ai surtout utilisé Instagram. Eh bien, je déteste ça. La plateforme semble creuse et vide. J’ai l’impression que la plupart d’entre nous est tellement occupée à promouvoir son propre travail que nous ne regardons pas vraiment ce que font les autres. En faisant la promotion de mon livre, j’ai eu l’impression d’être dans une chambre d’écho : je criais à propos de mon livre et je ne faisais que me réentendre. Et ce n’était pas qu’une impression : la plupart de mes backers étaient des personnes que je connaissais personnellement (à l’exception de deux d’entre eux, qui ont trouvé mon projet directement sur kickstarter). Alors que je travaillais dur pour trouver de nouvelles façons d’engager mes followers sur instagram, la plupart d’entre eux ne regardaient pas, ne voyaient pas et ne réagissaient pas. Plus je passais de temps sur Instagram, plus je me sentais vide. Maintenant que j’ai fini de promouvoir mon livre, je me sens épuisée par la plateforme. Tout ce projet m’amène à remettre en question ma relation avec la plateforme, et je n’ai pas encore trouvé de solution qui me semble authentique. J’en dirai plus bientôt… ou quand j’aurai trouvé une solution.

Troisièmement, j’aime beaucoup mon livre, mais à un moment de la campagne, j’ai senti que je devais le retravailler entièrement et simplement annuler la campagne. Je suppose que c’est la perfectionniste et l’imposteur en moi qui criaient ces idées. En tant que créatrice et artiste, j’ai l’impression que mes œuvres ne sont jamais complètement terminées. Il est difficile de laisser aller un projet, et c’était également vrai pour ce livre. Pourtant, c’est une partie tellement amusante du processus de création que de pouvoir partager mon travail. J’ai vraiment beaucoup appris sur moi-même et sur mon travail de créatrice tout en luttant contre le syndrome de l’imposteur alors que la campagne se dirigeait lentement vers l’échec. Mais vous voyez, c’est ça le truc. Ce n’est pas vraiment un échec, n’est-ce pas ? Je veux dire que mes objectifs ne sont pas atteints, certes, mais cela ne change rien aux heures de travail que j’ai consacrées à ce projet, à la qualité du travail, ou à quoi que ce soit d’autre. La seule chose que cela change, c’est le délai dans lequel je pourrai vendre le livre. C’est tout.

Je pourrais continuer encore et encore sur d’autres sujets, mais comme je l’ai également appris au cours de la campagne, les gens n’aiment pas lire de longs articles, alors je vais m’arrêter ici pour le moment.

Merci encore à tous mes backers!

Cet article fait partie de la série consacrée à mon livre: Le Journal d’Agatha

Visitez cette page pour plus d’informations sur le livre!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s